Sábado, 12 de Janeiro de 2008

La Haine

Jusque ici tout va bien…
 
L'important c'est pas la chute, c'est l'atterissage!

 

Mais um dos filmes que nunca irá parar ao caixote do lixo...

 

Para rir, para chorar e para pensar...

 

 

 

24 heures dans la vie de 3 garçons (un blanc : Vinz, un beur: Said, un black: Hubert), dans une cité parisienne au rythme des bavures policières et de galère incessante.

 

La haine, n'est pas un film pour les jeunes de la banlieue, qui eux savent très bien ce que c'est que la banlieue. Ce n'est ni un documentaire. La haine est un film pour toutes les autres personne qui croient que les cités sont dans des pays étrangers loin de la France. La haine, c'est une journée dans une banlieue ordinaire, c'est l'histoire de trois jeunes gens victimes du chômage de la drogue et de la police. Le réalisateur s'est inspiré pour réaliser ce film d'un fait divers, la mort d'un jeune noir dans une banlieue, tué par un policier : Makomé. Mathieu Kassovitz, nous explique, ou du moins essai, de nous faire comprendre comment un policier peut en arriver là
Le film, réalisé en noir et blanc, nous donne un ton dramatique dès le départ avec des images de batailles entre jeunes et forces de l'ordre. Le scénario est très bien concu, plus les heures passent plus on sent la pression monter entre les personnages (la haine monte…). Durant cette journée, ces 3 jeunes (Vinz, alias Vincent Cassel, Said alias Said Taghmaoui et cousin Hub alias Hubert Koundé), vont nous faire vivre leur quotidien mélangeant dialogues chocs, leur agressivité, leur malchance, leur technique de drague..
Le rythme du film parfois lent, parfois rapide, impose une musique qui, ajoutées aux ruptures de ton fait bien ressentir l'atmosphère de la cité, de longues heures à parler de tout et de rien, de ce que l'on a vu à la télé hier soir, du match de boxe…. Des mouvements de caméra très rapides, voire nerveux renforcent cet effet.
La haine est un film moralisateur qui sert non seulement à dire que les cités et les jeunes qui y vivent dedans sont en danger mais sert aussi à préciser que tout comme les policiers, les jeunes possèdent des armes mais eux ne les utilisent pas (pas encore). Lors de leur virée sur Paris, on comprend vite le contraste de ces jeunes et du monde extérieur, la cité c'est un ghetto. La drogue un revenu, la police un ennemi. La sensation du phénomène de société est bien aussi présente notamment quand on voit les journalistes arrivés puis essayer de poser des questions aux 3 protagonistes principaux.
Il est clair qu'à la manière dont le film est tourné, on se voit nettement que Kassovitz a pris le parti des jeunes envers la police. Les agresseurs ce sont les flics, pas eux. Les 3 personnages on un caractère bien défini qui correspond bien à tous ces jeunes (je sais de quoi je parle, j'y ai vécu). Vinz, lui comme il le dit, est de le rue, peu d'éducation, peu de repère, pas d'envie de s'en sortir. Hubert, lui c'est l'inverse, il représente l'amour de la famille, le grand frère sympa, le fils idéal qui aide sa mère à payer le gaz en dealant et qui veut sortir de là. Said est plus un mélange entre les 2 autres, ni trop l'un ni trop l'autre. De la rue avec une légère envie de s'en sortir.

 

In, www.chroniscope.com/critique_1_64.html

 

 

 



tags:
Clauclau às 14:25

| Comentar | Adicionar aos favoritos
1 comentário:
De noche a 12 de Janeiro de 2008 às 22:36
filme de culto!

Comentar post

Pesquisar

 

Posts recentes

Escolhas

Investir

Sonhar com o impossível

Amores

Amor

Felicidade

O que construimos

...

Algo melhor

Explosão de hormonas

Aventuras rápidas

Quero-te comigo

Arquivo

Novembro 2010

Outubro 2010

Setembro 2010

Agosto 2010

Julho 2010

Junho 2010

Outubro 2008

Setembro 2008

Julho 2008

Junho 2008

Maio 2008

Abril 2008

Março 2008

Fevereiro 2008

Janeiro 2008

Dezembro 2007

Novembro 2007

Outubro 2007

Setembro 2007

Agosto 2007

Julho 2007

Junho 2007

Maio 2007

Abril 2007

Março 2007

tags

afl(30)

amor(260)

ana santa clara(9)

casamento(10)

catherine dunne(11)

citações(324)

dr.ª robin l. smith(8)

ildikó von kürthy(13)

joana miranda(60)

jorge bucay e silvia salinas(11)

livros(308)

margarida rebelo pinto(32)

maria joão lopo de carvalho(10)

miguel sousa tavares(24)

paulo coelho(28)

robin sisman(9)

sofrimento(21)

stefania bertola(12)

suzanne schlosberg(10)

vida(183)

todas as tags

Readspeaker

Imagens

Retiradas da net